Dossier

Le travail de l’artiste s’articule autour de la figure humaine en réalisant notamment des visages, des personnages métamorphosés dessinant les contours d’une humanité en perte de sens. Expressivité troublante suscitant la réflexion sur le monde contemporain.

Des pièces évoquent la multiplicité et la complexité de l’être humain : mutations de peau liées à l’existence et à ses quêtes personnelles. Sous ses figures surgissent la vie, son mouvement, le miracle et la beauté de l’existence.

Etant son propre fondeur, il entretient un rapport charnel avec la matière et entreprend au delà des recherches artistiques une recherche technique pour confronter la force du bronze et la fragilité de la céramique. Un élément étant d’autant plus puissant qu’il est fragile.

L’essence et la qualité de chaque matériau considérées, les lignes de tensions se révèlent et sont poussées à l’extrême dans leur alliage et leur rencontre. La pensée guide sensiblement les matières en jeu avec toute la technicité assimilée de manière autodidacte au cours des années.

                                        ___________________________

Entité, céramique et bronze, 2008

Jean-François Lyotard écrit : « Dénué de parole, incapable de station droite, hésitant sur les objets de son intérêt, inapte au calcul de ses bénéfices, insensible à la commune raison, l’enfant est éminemment l’humain parce que sa détresse annonce et promet les possibles. Son regard initial sur l’humanité, qui en fait l’otage de la communauté adulte, est aussi ce qui manifeste à cette dernière le manque de l’humanité dont elle souffre, et ce qui l’appelle à devenir plus humaine. »

L’inhumain, Jean-François Lyotard

                                        ___________________________

Consolation, bronze, 28 x 21,5 x 23 cm, 2011

Cette pièce est en hommage à Stig Dagerman ,écrivain suédois et plus particulièrement à son pamphlet sur la liberté ou il écrit : « Ce que je serais alors contraint de reconnaître, c’est que l’homme a donné à sa vie des formes qui, au moins en apparence sont plus fortes que lui. Même avec ma liberté toute récente je ne puis les briser, je ne puis que soupirer sous leur poids. Par contre, parmi les exigences qui pèsent sur l’homme, je peux voir lesquelles sont absurdes et lesquelles sont inéluctables. (…) Si je veux vivre libre il faut pour l’instant que je le fasse à l’intérieur de ces formes ».

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, Stig Dagerman, Actes Sud, 1981

                                        ___________________________

Unité 5, bronze, 10,5 x 5,5 x 4 cm, 2011

Série de petits bronze englobant une figure humaine dissimulée dans un agglomérat de matières.

                                        ____________________________

Contre vent, céramique et bronze, 28 x 15 x 25 cm, 2011

Cette sculpture est née de la nécessité qu’il existe dans tout type d’organisation des forces de résistance, des critiques pour interroger ce qui se met en place au présent.

                                       _______________________________

A réseau ouvert, bronze, 27 x 15 x 24 cm, 2011

Métaphore de l’être humain pris aujourd’hui dans un ensemble de réseau de communication, routier, d’informations.